En partenariat avec     
           

Voir tous les points de vue

L’ISF devient l’IFI : quel impact pour les contribuables ?

Diffusé le 15/06/2018

L’IFI est entré en vigueur le 1er janvier 2018. Pour bien gérer leurs finances personnelles, les contribuables doivent reconsidérer la composition de leur patrimoine et adapter leurs stratégies patrimoniales.

Le passage de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) entraîne d’une part, le recentrage de l’assiette aux seuls actifs immobiliers, d’autre part, une taxation à une tranche inférieure du barème. Pour anticiper leur imposition 2019, les redevables ont dès aujourd’hui intérêt à repenser la composition de leur patrimoine et à redéfinir leur stratégie.

IFI : ce qui change pour les contribuables 
Un contribuable est soumis à l’IFI dès lors que le montant net des biens et droits immobiliers détenus au 1er janvier 2018 est supérieur à 1,3 million d’euros. Ce montant correspond à la valeur brute du patrimoine immobilier après déduction des dettes inhérentes à l’immobilier. Les personnes qui vivent en couple et celles liées par un PACS doivent prendre en compte les biens appartenant à leur époux ou partenaire.

Toutefois les biens immobiliers affectés à l’activité professionnelle de l’assujetti, à une activité de location meublée professionnelle, les œuvres d’art, les PEE, PEA, comptes-titres et l’assuranc’e-vie (excepté pour la part investie en OPCI ou SCPI) sont exclus de la base imposable.

Le remplacement de l’ISF par l’IFI revient donc à sortir les placements financiers, l’épargne et les autres valeurs mobilières du patrimoine taxables à l’ISF.

Les solutions pour limiter l’impôt sur la fortune immobilière
L’instauration de l’IFI doit inciter les propriétaires à adopter une approche nouvelle de leur patrimoine immobilier. Outre le fait d’anticiper la transmission de son patrimoine par le biais de donations ou du démembrement de propriété, le contribuable dispose de nombreuses autres options. En effet, la solution la plus efficace pour réduire l’IFI ou le gommer consiste à céder un bien immobilier acquis depuis longtemps et dont les éventuelles plus-values seront peu voire pas imposables au regard du délai de détention proche des 22 ans et 30 ans.

Pour ceux qui détiennent, au sein de leur assurance vie, des unités de compte investies dans l’immobilier sous forme de SCPI et/ou d’OPCI ou de titres de foncières cotées, il peut être judicieux de réorganiser leur contrat car ces actifs sont taxables à l’IFI.

S’il est trop tard pour réduire l’IFI à payer en 2018, il est toujours temps d’agir dès cette année pour limiter l’impôt sur la fortune immobilière à régler en 2019. 


Lire aussi :

Voir aussi