En partenariat avec     
   

Voir tous les décryptages

Les acteurs de la gestion de patrimoine

Publié le 19/06/2018
upload/docs/image/jpeg/2018-06/shutterstock_105970766_2018-06-20_11-56-12_84.jpg

Un conseiller en gestion de patrimoine ne travaille jamais seul. Certes, il est en mesure d’appréhender l’ensemble des problématiques propres à ses clients. Mais il fait systématiquement appel aux services d’autres spécialistes pour aider ses clients à répondre à leurs objectifs. Lorsque le CGP rend des préconisations en matière d’épargne financière, ses clients investissent leurs fonds, le plus souvent par le biais de contrats d’assurance-vie, dans des fonds gérés par des asset managers.

Ces gestionnaires d’actifs ont tous leur spécialité : investissement dans les marchés émergents, dans les actions américaines ou européennes, ou encore dans le marché monétaire ou obligataire. Grâce aux fonds communs de placements et aux Sicav gérées par zone géographique ou par secteur économique, ils mettent leur expertise au service de plusieurs milliers d’investisseurs et gèrent de gros volumes.

Des solutions sur mesure
Dans les banques et les sociétés indépendantes de grande taille, les conseillers en gestion de patrimoine (CGP) peuvent s’appuyer sur des ingénieurs patrimoniaux pour les sujets complexes. Création d’une SCI (société civile immobilière) pour gérer facilement un bien immobilier, préparation d’un pacte Dutreil pour céder progressivement des parts de société dans des conditions fiscales optimales…

L’ingénieur patrimonial, la plupart du temps juriste et souvent ancien notaire, passe tout au crible pour s’assurer de la conformité de l’opération. Il réfléchit aussi à des solutions sur mesure lorsque les situations familiales sont particulières. C’est notamment le cas lorsqu’il faut réfléchir à la succession dans les familles recomposées, pour protéger la veuve sans léser l’orphelin.

Enfin, le conseiller en gestion de patrimoine a souvent besoin de s’entourer de l’expertise des spécialistes du droit et du chiffre. Les notaires rédigent les actes (donation, cession, démembrement entre l’usufruit et la nue-propriété, testaments…). Les avocats revoient les statuts des sociétés, et, dès que le patrimoine est structuré avec des sociétés civiles immobilières, les experts-comptables rédigent les bilans et comptes de résultats.