En partenariat avec     
           

Voir tous les points de vue

3 questions à M. Michel Legros

Publié le 03/12/2018
upload/docs/image/png/2018-12/m_legros.png

Michel Legros, Directeur général - Associé, Gérant financier (équipe de gestion de Rouvier Valeurs)



1 / Top/down, bottom up ou stock picking ? Faites-vous une analyse macroéconomique avant de hiérarchiser les secteurs ou les zones géographiques puis de sélectionner les titres ?

L’équipe de gestion de Rouvier Valeurs est plus axée sur la microéconomie que nous maîtrisons mieux que l’analyse des cycles économiques. D’autant plus que l’état de l’économie d’un pays n’est pas toujours corrélé avec l’évolution des marchés financiers du même pays.

Rouvier Associés a aujourd’hui un biais actions européennes plutôt qu’actions américaines ou mondiales parce que les marchés européens offrent actuellement plus d’opportunités d’investissement dans des entreprises de qualité à des prix raisonnables.

2 / Quels sont les fondements de la gestion du fonds Rouvier Valeurs ?

La performance de notre fonds Rouvier Valeurs (8 % par an sur 27 ans) repose sur l’investissement en actions. Le rendement de celles-ci est historiquement 2,5 fois supérieur à celui des actifs obligataires (note 1).

La gestion est dite « quality and value », avec une équipe de gestion qui agit collégialement, pour les décisions d’achat, de maintien ou de vente de titres.

Les décisions d’investissement sont fondées sur les qualités intrinsèques des entreprises (ROE – return on equity, soutenabilité dans le temps de la rentabilité, endettement) et leur prix en bourse. Les ventes sont effectuées lorsque le cours de bourse devient surévalué par rapport à la valeur intrinsèque des sociétés.

 3/ Comment conserver une performance qui a été excellente dans le passé pour votre fonds Rouvier Valeurs ?

Statistiquement, Rouvier Valeurs a permis la préservation du capital sur 7 ans et un doublement de sa valeur liquidative sur dix ans en moyenne (note 2). (Ces performances passées ne préjugent en rien des performances futures). Cela n’est pas le fruit de « coups » ou d’opportunités ponctuelles qui ont peu de chance de se reproduire. C’est le résultat d’un processus de gestion rigoureux d’un portefeuille concentré sur un nombre restreint de valeurs soigneusement sélectionnées pour leur potentiel de revalorisation.

Nous sommes confiants dans la pérennité de cette performance de long terme en raison du caractère inhérent au mode de gestion :

- Holding de participations à long terme (plutôt buy and hold), plutôt que portefeuille pléthorique avec un fort taux de rotation ;

- Critères sélectifs en ce qui concerne le potentiel de l’entreprise avec un ROE élevé, faible endettement, ce qui correspond à des fondamentaux solides ;

- Plutôt centré sur le pricing que sur le timing, avec une préférence pour les actions sous évaluées (mais cette décote n’est pas l’essentiel de la performance attendue).

Un exemple : la société Amadeus conserve un potentiel de revalorisation important car elle conjugue une place de leader, un ROE important (30 %) un faible endettement et une politique d’investissement importante en R & D.

 

Note 1 : performance historique ajustées de l’inflation des actions américaines comparée à celle des obligations d’Etat américaines à 10 ans (sur la période 1900-2016).

Note 2 : données obtenues en prenant toutes les valeurs liquidatives fin de mois de Rouvier Valeurs sur une durée exacte de 7 ans et la performance moyenne (108 %) obtenue sur une durée exacte de 10 ans.


Voir aussi