En partenariat avec     
           

Voir tous les points de vue

L’ISR sur le devant de la scène

Publié le 04/06/2019
upload/docs/image/jpeg/2019-06/shutterstock_169291739.jpg

L’Investissement Socialement Responsable (ISR). Cela fait longtemps que l’on en entend parler et cette approche commence à véritablement émerger comme style de gestion depuis quelques années. A tel point qu’aujourd’hui les critères extrafinanciers et la prise en compte des comportements responsables des entreprises sont devenus incontournables pour les gérants comme pour les investisseurs.

L’ISR, c’est avant tout sélectionner des titres dont le profil est à la fois durable et responsable, à partir de certains critères d’analyse environnementale, sociétale et de gouvernance. Ce type de gestion se généralise à l’ensemble des sociétés de gestion et compte désormais plusieurs types d’actifs. Au début réservé aux seules actions, il est devenu possible d’investir dans des titres d’Etat ISR ou encore dans des obligations d’entreprises responsables. Cela explique pourquoi tout un écosystème s’est développé autour de cette démarche avec la prise en compte d’analyses spécifiques.

Des critères extrafinanciers de plus en plus présents

Les critères de RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale) ont trouvé leur place dans l’analyse des actions et obligations. Certaines sociétés de gestion se sont spécialisées dans la sélection d’actions ou d’obligations ayant un lien avec les enjeux de développement durable. Certaines approches de conviction sont désormais appliquées aux critères ISR, avec l’exclusion d’entreprises présentant un risque lié au climat social, aux politiques environnementales ou encore à la corruption.

L’objectif de cette gestion est de détecter des entreprises qui ont mis en place des procédures de responsabilisation des parties prenantes (actionnaires, employés, dirigeants…) et qui apportent des réponses réelles aux enjeux du développement durable, véritable moteur de leur croissance à long terme. Ainsi, les entreprises présentant un risque de controverse sont exclues de cette analyse de conviction. En revanche, la sélection d’entreprises actives dans les activités de demain (médecine, démographie et écologie) sera privilégiée.




Voir aussi