Le prêt à taux zéro, comment ça marche ?

Publié le 15/11/2016
upload/docs/image/jpeg/2016-11/taux_0.jpg

Vous envisagez d'acheter votre premier logement ? Bonne nouvelle : vous avez peut-être droit au Prêt à Taux Zéro (PTZ). Ce prêt avantageux, mais réglementé, est distribué par la plupart des grands réseaux bancaires.

Un prêt réservé aux primo-accédants et soumis à conditions

Vous pouvez prétendre au PTZ sous certaines conditions seulement. En effet, vous ne devez pas avoir été propriétaire de votre résidence principale dans les deux années précédant l'émission de l'offre de prêt.

Toutefois, il existe trois exceptions à cette règle. La première est d’être titulaire d'une carte d'invalidité et d’être dans l'incapacité de travailler. La deuxième est d’être allocataire de l'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) ou de l'Allocation d'Éducation de l'Enfant Handicapé (AEEH). La dernière est d’être victime d'une catastrophe ayant rendu cette résidence principale inhabitable.

Par ailleurs, seuls les acheteurs dont les revenus ne dépassent pas certains plafonds sont éligibles au PTZ. En effet, la volonté du Gouvernement est d’accompagner les foyers ne bénéficiant pas toujours d’offres intéressantes des établissements financiers.

Les logements neufs peuvent être financés, sans conditions, par un Prêt à Taux Zéro. Cependant, dans l'ancien, seuls sont éligibles les logements à rénover, dont le montant des travaux représentent au moins 25% du coût total de l'opération.

Le montant et la durée de l’emprunt

Grâce au PTZ, vous allez pouvoir emprunter de 40 000 à 138 000 euros sans intérêts. Ce montant varie en fonction de la localisation du bien et du nombre de personnes habitant le logement. Par ailleurs, le PTZ peut financer au maximum 40% de votre opération immobilière. Vous devrez donc le compléter par un prêt bancaire classique ou d'un autre prêt aidé, comme le Prêt d'Accession Sociale (PAS) ou le Prêt Conventionné (PC).

La durée du PTZ dépend de vos revenus, de la composition de la famille et de la localisation du bien. Elle s'étend de 20 à 25 ans et comprend deux périodes. La première période est une période dite de différé. Pendant celle-ci vous ne remboursez pas le prêt. Selon vos revenus, ce différé est fixé à 5, 10 ou 15 ans. La seconde période est celle du remboursement.  Cette période de 10 à 15 ans est celle pendant laquelle vous remboursez effectivement le prêt.

Lire aussi :
  • Imprimer Envoyer par mail