en partenariat avec

Retour aux articles

Enjeux

Climat : la solution est-elle entre les mains des investisseurs ?

Article publié le 14/12/2021

Les enjeux du dérèglement climatique sont d’une ampleur telle que tous les acteurs sont exhortés à agir, qu’ils soient politiques, industriels ou financiers. La COP 26, qui a réuni les dirigeants de 196 pays, a mis crûment en lumière l’importance du rôle de toutes ces instances.

Le monde entier a eu les yeux rivés sur Glasgow, cette ville portuaire de 600.000 habitants en plein cœur de l’Écosse, du 31 octobre au 12 novembre dernier. Et pour cause : il s’y est tenu un rendez-vous international majeur pour le sort de la planète, de la biodiversité et des générations futures. Six ans après la COP21 et l’Accord de Paris, la 26e Conférence des parties sur le changement climatique a rassemblé les dirigeants de 196 pays pour tenter d’établir une stratégie commune – et engageante – pour faire baisser la pression des activités humaines sur l’écosystème de la Terre. Les enjeux sont désormais vitaux.

1,5° Celsius pour objectif lors des Accords de Paris

Rappelez-vous : en 2015, pour la première fois, la question climatique avait fait l’objet, plus que d’un consensus, d’un traité international juridiquement contraignant. L’Accord de Paris avait en effet engagé ses 196 pays signataires à limiter le réchauffement climatique à un niveau inférieur à 2 degrés Celsius, de préférence à 1,5 degré Celsius, par rapport au niveau préindustriel. Pour parvenir à un monde climatiquement neutre d'ici au milieu du XXIe siècle, l’Accord de Paris s’appuie sur le développement et le transfert de technologies non polluantes et sur le soutien financier aux pays en voie de développement.

Quant à leurs obligations, chaque État doit établir ses propres engagements dans le cadre de sa contribution nationale et la réviser à la hausse tous les cinq ans. Et, dans une démarche de transparence et de contrôle, les informations fournies par les pays sur leurs émissions et les progrès accomplis seront vérifiés et suivis par un comité d’experts. Toutefois, aucune sanction n’est prévue à l’encontre des pays qui ne respecteraient pas leurs engagements.

L’activité humaine est reconnue responsable du changement climatique

Certes, la neutralité carbone guide les projets urbanistiques et industriels actuels, publics comme privés. Mais ce n’est pas suffisant car le phénomène de réchauffement climatique s’accélère. En août dernier, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) sonne, à nouveau, l’alerte : « À moins de réductions immédiates, rapides et massives des émissions de gaz à effet de serre, la limitation du réchauffement aux alentours de 1,5°C, ou même à 2°C, sera hors de portée. »1 L’objectif est inatteignable au rythme des efforts actuels. Pire, les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre pris par les États mènent la planète vers un réchauffement catastrophique de 2,7°C selon l’ONU2.

De plus, le Giec a asséné une conclusion sans appel : la responsabilité de l’activité humaine dans le dérèglement climatique actuel est « sans équivoque ». La publication du rapport en plein été (un été par ailleurs confronté à des vagues de chaleur extrêmes, provoquant incendies et sécheresse, mais aussi d’inédits épisodes de fortes pluies) semble avoir déclenché une prise de conscience.

Investir pour agir sans attendre pour la planète

L’alerte du Giec s’accompagne d’une injonction à agir. En effet, « les actions humaines peuvent encore déterminer l’évolution du climat à venir », soulignent les experts. Dès lors, la pression s’accentue sur les leaders politiques et les industriels, notamment sous l’action du secteur financier. Élimination progressive des combustibles fossiles, fin des investissements dans l'économie grise ou brune... Les efforts des États doivent être sept fois plus ambitieux pour tenir leurs engagements selon l’ONU.

Et si une partie de la réponse se trouvait dans la finance durable, qui pourrait mettre l’impulsion du changement entre les mains des investisseurs, y compris particuliers ? L’investissement responsable représente une opportunité concrète pour encourager les entreprises à réaliser leur transition écologique, au-delà des promesses.

 

Avertissement :

Les informations qui vous sont présentées sont basées sur des données jugées fiables à la date du 14/12/2021. Ces informations n’ont qu’un caractère informatif et ne peuvent être considérées comme une sollicitation ou une offre relative à un service d’investissement ou un instrument financier, un conseil juridique ou fiscal, ou un conseil en investissement au sens de la réglementation applicable. Avant toute décision d’investissement, il est recommandé de s’assurer que l’investissement envisagé correspond à sa situation financière et ses objectifs d’investissement, et d’avoir compris et d’être en mesure de supporter les risques en découlant. Tout investissement peut évoluer à la hausse comme à la baisse et présente un risque de perte en capital.

 

(1) Changement climatique 2021 : les éléments scientifiques, GIEC, rapport août 2021, https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/
(2) Rapport 2021 sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, Programme des Nations unies pour l'environnement, octobre 2021, https://www.unep.org/fr/

Lire aussi


COP26 : Quand le monde de la finance s’engage pour le climat
Des milliards d’euros : c’est à cette échelle que se chiffrent les investissements du secteur financier dans la transition vers une économie bas carbo ... Article publié le 14/12/2021
Fermer
Pour vous accompagner dans toutes les dimensions de votre patrimoine d’envergure, complétez ce formulaire pour être recontacté par un expert
* Champ obligatoire

J’accepte que mes coordonnées soient transmises à la Banque Neuflize OBC. Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont transmises par le service Commercial de la Banque Neuflize OBC aux équipes destinataires de votre demande. Ces informations pourront également être conservées et utilisées pour élaborer des statistiques et seront supprimées dans un délai de 6 mois maximum.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, cliquez ici