en partenariat avec

Retour aux articles

Stratégie d'investissement

3 classes d’actifs dits « risqués » pour dynamiser vos investissements

Article publié le 14/12/2021

Investir dans les entreprises non cotées, dans des obligations à haut rendement des entreprises privées ou encore dans la dette des pays émergents, offre des perspectives de rendements attractives, pour qui accepte, en contrepartie, un niveau de risque plus élevé.

Les placements « sans risque », à l’image des fonds en euros des compagnies d’assurance vie, ont perdu de leur attractivité dans l’environnement de taux bas actuel. Les rendements réels de ces actifs, nets d’inflation, devraient être nuls en 2021, voire négatifs. Dans ce contexte, les investisseurs se tournent vers des actifs dits « risqués » à des fins de diversification de leur portefeuille et de recherche de rendement.

Les atouts des obligations « High Yield »

En tête de ces actifs risqués qui opèrent actuellement leur grand retour dans les portefeuilles, se trouvent les obligations à haut rendement des entreprises privées ou « High Yield ». Ces obligations constituent l’une des composantes du marché de la dette, l’autre étant constituée des obligations de qualité ou « Investment Grade ». Leur distinction s’opère sur le niveau de risque de défaut de l’émetteur, qui est plus important dans la catégorie « High Yield ». En effet, les obligations à haut rendement sont émises par des entreprises ou des États moins bien notés par les agences spécialisées, traduisant leurs doutes quant à la capacité de l’emprunteur à rembourser sa dette. Parce qu’elles sont plus risquées, ces obligations sont susceptibles d’offrir une meilleure rémunération du capital, les intérêts versés étant plus élevés que pour le segment « Investment Grade ».

Au-delà de leur intérêt en matière de diversification, ces actifs sont intéressants au regard du couple rendement/risque. Les obligations «High Yield» offrent un profil de risque intermédiaire entre des actifs peu rémunérateurs comme les fonds en euros et des actifs performants à long terme, mais exposés à un niveau de volatilité élevé, comme les actions. Leur taux de défaut moyen est resté en effet relativement faible, excepté en cas de crise financière majeure.

Les bons fondamentaux de la dette des pays émergents

La dette des pays émergents est une autre classe d’actifs dont le rendement permet d’améliorer la performance d’un portefeuille. Elle profite de la conjoncture actuelle, sur fond de reprise économique des pays occidentaux et de cours soutenus des matières premières, de l’énergie en particulier. De plus, les campagnes de vaccination déployées dans les pays émergents et la relative accalmie géopolitique constituent un écosystème favorable à cet actif obligataire. Cependant, il reste associé à un risque de défaut, à un risque de couverture de change et à une moindre liquidité, qui freinent le développement de cette poche de diversification.

Les charmes du « Private Equity »

Un troisième segment d’actifs risqués suscite actuellement un regain d’intérêt auprès des investisseurs : le « Private Equity », aussi appelé capital-investissement. Cette opportunité de diversification consiste à investir dans des sociétés non cotées à différents stades de leur développement. À terme, la cession de ces actifs est susceptible de générer une plus-value pour tout investisseur ayant du temps devant lui et pouvant mobiliser de l’investissement sur plusieurs années. Bonne nouvelle : le capital-investissement est désormais accessible aux investisseurs particuliers grâce aux fonds communs de placement dédiés qui peuvent être intégrés à un contrat d’assurance vie. L’investissement dans les sociétés non cotées pourrait bien se démocratiser dans les prochaines années.

 

Avertissement :

Les informations qui vous sont présentées sont basées sur des données jugées fiables à la date du 14/12/2021. Ces informations n’ont qu’un caractère informatif et ne peuvent être considérées comme une sollicitation ou une offre relative à un service d’investissement ou un instrument financier, un conseil juridique ou fiscal, ou un conseil en investissement au sens de la réglementation applicable. Avant toute décision d’investissement, il est recommandé de s’assurer que l’investissement envisagé correspond à sa situation financière et ses objectifs d’investissement, et d’avoir compris et d’être en mesure de supporter les risques en découlant. Tout investissement peut évoluer à la hausse comme à la baisse et présente un risque de perte en capital. Il est également rappelé que les performances passées d’un instrument financier ou d’une classe d’actifs qui pourraient être présentées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures, et qu’elles doivent à ce titre être analysées avec prudence.

Lire aussi


Banques centrales : quelles perspectives pour vos placements financiers ?
Alors que l’inflation continue de grimper en Europe, les banques centrales mettent progressivement fin à leurs programmes d’aide sur les marchés oblig ... Article publié le 14/12/2021
Fermer
Pour vous accompagner dans toutes les dimensions de votre patrimoine d’envergure, complétez ce formulaire pour être recontacté par un expert
* Champ obligatoire

J’accepte que mes coordonnées soient transmises à la Banque Neuflize OBC. Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont transmises par le service Commercial de la Banque Neuflize OBC aux équipes destinataires de votre demande. Ces informations pourront également être conservées et utilisées pour élaborer des statistiques et seront supprimées dans un délai de 6 mois maximum.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, cliquez ici