en partenariat avec

Retour aux articles

Enjeux

Hydrogène : 7 idées à connaître avant d'investir dans l’énergie du futur ”

Article publié le 14/12/2021

L’hydrogène est sur toutes les lèvres depuis deux ans. La filière est suivie de très près par les investisseurs qui lui imaginent un bel avenir. Est-elle pour autant la solution miracle de la transition énergétique ? Tour d’horizon des idées clés pour vous faire votre avis.

 1.    L’hydrogène, une énergie plus respectueuse de l’environnement

Une voiture rejette du CO2 si elle consomme de l’essence pour rouler. Mais quand elle consomme de l’hydrogène, elle n’émet que… de l’eau ! L’hydrogène peut donc jouer un rôle dans la transition écologique en remplaçant les énergies fossiles. Grâce à sa grande densité énergétique, un kilo d’hydrogène permet de stocker trois fois plus d’énergie qu’un kilo d’essence, et cent fois plus que les meilleures batteries électriques. De surcroît, il est possible de fabriquer de l’hydrogène décarboné. Autrement dit, l’hydrogène peut contribuer à réduire l’empreinte écologique de l’économie.

 2.    Voiture, train, avion, usines : l’hydrogène peut tous les alimenter

L’hydrogène peut se stocker dans des piles à combustibles. Ainsi, il pourrait remplacer dans les véhicules hybrides les batteries électriques qui, elles, sont trop lourdes pour les camions ou le transport sur longue distance. Quelques minutes suffisent pour recharger un véhicule électrique fonctionnant à partir d’hydrogène, contre 6 à 8 heures pour une batterie électrique. Les chercheurs assemblent d’ores et déjà les futurs moyens de transports à l’hydrogène - dans les airs, sur terre ou sur l’eau. Les usines peuvent elles aussi être alimentées par cette énergie d’avenir.

 3.    La révolution de l’hydrogène, c’est maintenant !

La filière a atteint une maturité technologique qui se reflète dans une meilleure efficacité énergétique des piles à combustible. La recherche a également permis de diviser les prix par 30 en vingt ans. Et les efforts pour rendre l’hydrogène plus accessible vont se poursuivre – et s’intensifier – dans les prochaines années.

 4.    L’hydrogène capte des milliards d’euros d’investissement à travers le monde

L’hydrogène intéresse le monde entier… ou presque ! 40 pays dans le monde ont défini une stratégie pour soutenir l’essor de cette énergie prometteuse pour la transition écologique. Les investissements sont à la hauteur de l’enjeu : ce sont 7,2 milliards d’euros qu’investira la France sur deux ans, ou encore 470 milliards que l’Europe déboursera pour construire les infrastructures nécessaires à la filière… De son côté, la Chine a déjà investi 10,7 milliards d’euros dans la pile à combustible.

 5.    Gris, bleu, vert ou jaune : 4 nuances d’hydrogène 

L’hydrogène est « gris » quand il fabriqué par vapo-reformage de gaz naturel. Issu de la même énergie fossile, il est classé « bleu » si le CO2 généré durant le processus d’extraction est capturé et valorisé. L’hydrogène peut également se « fabriquer » grâce à l’électrolyse de l’eau. Dès lors qu’il provient d’énergies renouvelables, l’hydrogène est « vert » ; issu du nucléaire, il est « jaune ».

 6.    Le prix de l’hydrogène, ou pourquoi cette énergie d’avenir n’est pas (encore) généralisée

Le coût de production de l’hydrogène décarboné reste très supérieur à celui de l’hydrogène gris. À 10 euros le kg, l’hydrogène vert peut être compétitif avec le diesel dans la mobilité, à raison de 1 kg pour 100 km. Mais l’industrie achète son hydrogène gris à 1 euro le kilo, ce qui correspond à un coût de production de l’électricité renouvelable de 10 à 15 euros par kilowattheure. Toutefois, ce niveau de prix est déjà atteint dans certains appels d’offres très compétitifs.

 7.    La France veut devenir un acteur mondial de l’hydrogène

La France s’est fixé un objectif de 10 % d’hydrogène vert dans l’industrie en 2023 – puis de 20 à 40 % en 2030.

Elle envisage par ailleurs d’injecter de l’hydrogène vert dans les réseaux de gaz. Ainsi, selon France Hydrogène, le potentiel d’émissions de CO2 évitées pourrait atteindre 10 millions de tonnes en 2030 et 80 millions en 2050.

 

Avertissement :

Les informations qui vous sont présentées sont basées sur des données jugées fiables à la date du 14/12/2021. Ces informations n’ont qu’un caractère informatif et ne peuvent être considérées comme une sollicitation ou une offre relative à un service d’investissement ou un instrument financier, un conseil juridique ou fiscal, ou un conseil en investissement au sens de la réglementation applicable. Avant toute décision d’investissement, il est recommandé de s’assurer que l’investissement envisagé correspond à sa situation financière et ses objectifs d’investissement, et d’avoir compris et d’être en mesure de supporter les risques en découlant. Tout investissement peut évoluer à la hausse comme à la baisse et présente un risque de perte en capital.

Lire aussi


ESG, ISR, extra-financier...les termes clés à connaître pour investir durable en toute transparence
Investir pour rechercher le rendement tout en participant à la construction d’un monde plus durable, c’est possible. L’offre de placements s’est diver ... Article publié le 14/12/2021

Gestion ISR : comment se constituer un patrimoine responsable ?
Prendre en compte les grands enjeux environnementaux et sociétaux, sans sacrifier la performance financière : la promesse séduit les investisseurs. Co ... Article publié le 14/12/2021
Fermer
Pour vous accompagner dans toutes les dimensions de votre patrimoine d’envergure, complétez ce formulaire pour être recontacté par un expert
* Champ obligatoire

J’accepte que mes coordonnées soient transmises à la Banque Neuflize OBC. Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont transmises par le service Commercial de la Banque Neuflize OBC aux équipes destinataires de votre demande. Ces informations pourront également être conservées et utilisées pour élaborer des statistiques et seront supprimées dans un délai de 6 mois maximum.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, cliquez ici