en partenariat avec

Retour aux articles

Enjeux

COP26 : Quand le monde de la finance s’engage pour le climat

Article publié le 14/12/2021

Des milliards d’euros : c’est à cette échelle que se chiffrent les investissements du secteur financier dans la transition vers une économie bas carbone. Focus sur deux initiatives du secteur qui illustre l’engagement de la finance en faveur du développement durable.

Le secteur financier a le pouvoir d’encourager le changement en faveur du développement durable. Et on lui rappelle souvent. Ainsi, au lendemain du Climate Finance Day tenu à Paris le 26 octobre dernier, les régulateurs, superviseurs et pouvoirs publics ont interpellé la Place financière de Paris sur son rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. Conscients de leur puissance, les acteurs les plus engagés du secteur financier n’ont pas attendu ces recommandations pour prendre leurs responsabilités et faire pression sur les industries « en transition ».

Une coalition mondiale d’investisseurs en faveur du progrès climatique

Lancé en 2017 à la suite des Accords de Paris, le projet « Climate Action 100 + » (CA100+) est la plus grande initiative mondiale d’investisseurs mettant en œuvre leur engagement pour la lutte contre le changement climatique. Forte de 615 investisseurs responsables représentant plus de 60.000 milliards de dollars d'actifs sous gestion (soit 50 % de tous les actifs mondiaux sous gestion), cette coalition a pour objet de s’engager auprès des entreprises pour promouvoir une amélioration des pratiques de gouvernance en matière de climat, la réduction de leurs émissions et le renforcement de la communication financière liée aux questions environnementales.

Qui sont les entreprises en transition écologique ?

Pour ce faire, la CA100+ a mis au point un indice de référence, le Net-Zero Company Benchmark, qui évalue les plus grandes entreprises émettrices de gaz à effet de serre au monde sur leurs progrès dans la transition vers un avenir « net zéro ». Chaque année, un rapport d’étape détaille les progrès réalisés au niveau sectoriel par les entreprises « en transition », ce qui lui permet d’établir les succès auprès de géants mondiaux de la chimie ou de l’énergie. Par ailleurs, les investisseurs partenaires sont engagés dans un dialogue avec l’actionnariat des entreprises ciblées, à qui est adressée une feuille de route de transition.

Son dernier cheval de bataille : le secteur de l’acier, responsable de 9 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales. CA100+ ambitionne de mettre ces acteurs sur une trajectoire compatible avec les Accords de Paris et la neutralité carbone.

Tendre vers le « net zero » d’ici à 2050

Autre projet ambitieux : le Net Zero Asset Managers, lancé en décembre 2020, mobilise le secteur de la gestion d’actifs sur un projet radical : atteindre un objectif de zéro émission de gaz à effet de serre d’ici à 2050 ou plus tôt, conformément aux efforts mondiaux visant à limiter le réchauffement à 1,5° Celsius. Ce réseau compte aujourd’hui 128 investisseurs gérant 43.000 milliards de dollars, ce qui équivaut au PIB combiné des États-Unis, de la Chine et du Royaume-Uni.

Les signataires travaillent en partenariat avec les clients propriétaires d'actifs sur des objectifs de décarbonations, en se fixant des objectifs intermédiaires révisables tous les 5 ans, en vue d'augmenter la proportion d'encours couverts, et ce, jusqu'à ce que 100% des actifs soient pris en compte. Parmi leurs 10 engagements, ils veulent créer des produits d'investissement alignés sur des émissions nettes zéro d'ici à 2050 et faciliter l'augmentation des investissements dans les solutions climatiques.

 

Avertissement :

Les informations qui vous sont présentées sont basées sur des données jugées fiables à la date du 14/12/2021. Ces informations n’ont qu’un caractère informatif et ne peuvent être considérées comme une sollicitation ou une offre relative à un service d’investissement ou un instrument financier, un conseil juridique ou fiscal, ou un conseil en investissement au sens de la réglementation applicable. Avant toute décision d’investissement, il est recommandé de s’assurer que l’investissement envisagé correspond à sa situation financière et ses objectifs d’investissement, et d’avoir compris et d’être en mesure de supporter les risques en découlant. Tout investissement peut évoluer à la hausse comme à la baisse et présente un risque de perte en capital.

Lire aussi


COP26 : Quand le monde de la finance s’engage pour le climat
Des milliards d’euros : c’est à cette échelle que se chiffrent les investissements du secteur financier dans la transition vers une économie bas carbo ... Article publié le 14/12/2021
Fermer
Pour vous accompagner dans toutes les dimensions de votre patrimoine d’envergure, complétez ce formulaire pour être recontacté par un expert
* Champ obligatoire

J’accepte que mes coordonnées soient transmises à la Banque Neuflize OBC. Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont transmises par le service Commercial de la Banque Neuflize OBC aux équipes destinataires de votre demande. Ces informations pourront également être conservées et utilisées pour élaborer des statistiques et seront supprimées dans un délai de 6 mois maximum.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, cliquez ici