en partenariat avec

Retour aux articles

Stratégie d'investissement

Private equity : un levier de diversification du patrimoine

Article publié le 22/02/2022

Avec un objectif de performance annuel à deux chiffres, le capital-investissement offre de belles perspectives de rendement. Et il est désormais accessible aux investisseurs particuliers. Voici comment investir sur ce placement de diversification.

Le capital-investissement, aussi appelé «private equity», prend de l’essor. Autrefois principalement réservé aux investisseurs institutionnels, l’investissement dans des actifs non cotés est désormais de plus en plus accessible aux investisseurs privés.

L’exigence de la sélection est clé pour investir dans le non coté

Concrètement, l’investisseur particulier achète une part au sein d’un fonds commun de placement dédié. Les versements collectés auprès de l’ensemble des souscripteurs du fonds seront ensuite investis dans des fonds qui eux-mêmes acquerront des entreprises à fort potentiel finement sélectionnées par la société de gestion – sur la base de visites sur le terrain et d’entretiens avec les dirigeants de l’entreprise candidate (start-up ou PME). La sélection opérée par celle-ci est déterminante dans la pertinence de l’investissement, il est donc essentiel de s’appuyer sur des sociétés de gestion dont l’expertise est reconnue. Elles auront ainsi une connaissance pointue des secteurs sur lesquels elles interviennent, du management et du business plan des sociétés cibles.

Bon à savoir : Quand le capital-investissement se concentre sur des PME ou des start-up en phase de création ou d’amorçage, on parle alors de « capital-risque ». S’il considère des entreprises plus mûres qui se trouvent à un tournant de leur croissance, on le nomme « capital développement ».  Enfin, il est appelé « capital transmission » s’il se consacre aux entreprises matures nécessitant un développement plus international, ou cherchant à réaliser des acquisitions d’entreprises.

Perspectives de plus-value et horizon de placement : le private equity mise sur la durée

Afin que les entreprises financées bénéficient de la visibilité et du temps suffisants pour mener à bien leur projet, les participations sont bloquées pendant une durée généralement de 4 à 8 ans. L’investissement est donc illiquide pendant cette phase à l’issue de laquelle le débouclage se traduit par la cession de la participation. L’objectif de l’opération est de réaliser une plus-value substantielle. La « rémunération » de l’investissement intervient donc à la sortie. Pour l’investisseur final, cette illiquidité peut durer jusqu’à 10 ans ou plus.

Le capital-investissement permet un objectif de performance à deux chiffres

Comme toute participation en actions, l’investissement comporte une part de risque inhérente à cette classe d’actifs, celui de perdre tout ou partie de sa mise de départ. En contrepartie, le private equity peut offrir des performances très compétitives. Entre 2005 et 2020, soit sur 15 ans, la performance globale du capital-investissement français a atteint 11,7 % en moyenne par an, nette de frais, selon une étude publiée en juin dernier par France Invest et EY1. Ces bons résultats s’expliquent par la capacité des sociétés de gestion à développer et à transformer les entreprises qui prennent ainsi de la valeur, et par la très faible volatilité de cette classe d’actifs.

Bon à savoir : Selon l’aversion au risque de l’investisseur, le private equity occupera une place plus ou moins étendue dans son portefeuille de titres, par exemple de 5 à 10 % du capital disponible. Cette source de diversification peut même, depuis la loi Pacte de 2019 et selon certaines conditions, être intégrée dans un contrat d’assurance-vie. 

 

Avertissement :

Les informations qui vous sont présentées sont basées sur des données jugées fiables à la date du 14/12/2021. Ces informations n’ont qu’un caractère informatif et ne peuvent être considérées comme une sollicitation ou une offre relative à un service d’investissement ou un instrument financier, un conseil juridique ou fiscal, ou un conseil en investissement au sens de la réglementation applicable. Avant toute décision d’investissement, il est recommandé de s’assurer que l’investissement envisagé correspond à sa situation financière et ses objectifs d’investissement, et d’avoir compris et d’être en mesure de supporter les risques en découlant. Tout investissement peut évoluer à la hausse comme à la baisse et présente un risque de perte en capital. Il est également rappelé que les performances passées d’un instrument financier ou d’une classe d’actifs qui pourraient être présentées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures, et qu’elles doivent à ce titre être analysées avec prudence.

 

(1) France Invest et EY, Performance nette des acteurs français du capital-investissement à fin 2020, 27e édition, 29 juin 2021.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures

 

Lire aussi


Banques centrales : quelles perspectives pour vos placements financiers ?
Alors que l’inflation continue de grimper en Europe, les banques centrales mettent progressivement fin à leurs programmes d’aide sur les marchés oblig ... Article publié le 14/12/2021

L’investissement à impact : une opportunité de placement ?
En plus de la performance financière, l’investissement à impact cherche à renforcer ses effets positifs sur la société et l’environnement. Comme l’Inv ... Article publié le 17/12/2021

3 classes d’actifs dits « risqués » pour dynamiser vos investissements
Investir dans les entreprises non cotées, dans des obligations à haut rendement des entreprises privées ou encore dans la dette des pays émergents, of ... Article publié le 14/12/2021
Fermer
Pour vous accompagner dans toutes les dimensions de votre patrimoine d’envergure, complétez ce formulaire pour être recontacté par un expert
* Champ obligatoire

J’accepte que mes coordonnées soient transmises à la Banque Neuflize OBC. Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont transmises par le service Commercial de la Banque Neuflize OBC aux équipes destinataires de votre demande. Ces informations pourront également être conservées et utilisées pour élaborer des statistiques et seront supprimées dans un délai de 6 mois maximum.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles, cliquez ici