Bien comprendre l’apport personnel

Publié le 15/11/2016
upload/docs/image/jpeg/2016-11/argent.jpg

Avant de vous accorder un prêt, la banque va vérifier votre solvabilité. Cela passe généralement par une épargne équivalent à au moins 10% du montant total de votre opération immobilière. C’est ce que l’on appelle l’apport personnel.

Deux conseils pour optimiser votre apport personnel, de sa constitution à son utilisation.

La constitution de l'apport personnel

L'apport personnel provient, le plus souvent, d’économies réalisées au fil du temps. Toutefois, il peut également être constitué grâce à un héritage, une donation ou à la revente d'un bien immobilier.

Certains placements, comme l'épargne salariale, peuvent être débloqués par anticipation sous certaines conditions. Ainsi, ils peuvent permettre de financer l'achat ou la construction d'une résidence principale.

Cependant, évitez de mobiliser la totalité de votre épargne pour réaliser votre achat immobilier. En effet, il est conseillé de toujours conserver un volant de liquidités pour faire face à d’éventuels coups durs. Ces réserves d’argent peuvent notamment permettre de réaliser des travaux imprévus, par exemple.

À noter

Contrairement à une idée reçue, le Prêt à Taux Zéro (PTZ), le prêt Action logement et le Prêt Épargne Logement (PEL) ne sont pas systématiquement considérés comme de l'apport personnel par les banques.

Un bon apport aide à décrocher un taux attractif

Le plus souvent, plus votre apport personnel est conséquent, moins le taux de votre crédit va être élevé. En effet, c’est une bonne manière de rassurer votre établissement financier sur votre capacité d’épargne. En effet, votre banquier y perçoit vos qualités de « bon » gestionnaire et il sera davantage disposé à vous accorder des conditions avantageuses : taux bas, ristourne sur les frais de dossier...

Toutefois, même s'il est important, l'apport personnel n'est pas le seul élément pris en compte par votre banquier. Il va aussi regarder votre niveau d'endettement (le poids des mensualités ne doit pas dépasser le tiers de vos revenus nets), l'évolution de vos revenus et la façon dont vous gérez vos comptes.

Lire aussi :
  • Imprimer Envoyer par mail