La RT 2012, qu’est-ce que c’est ?

Publié le 06/02/2017
upload/docs/image/jpeg/2017-02/2017_02_06_immoneuf_rt2012-min.jpg

Tous les logements dont le permis de construire a été déposé depuis le 1er janvier 2013 doivent respecter la Réglementation Thermique 2012. L’objectif étant de réduire la consommation d’énergie du logement. Principales caractéristiques d’une habitation « RT 2012 ».

Une consommation énergétique annuelle révisée à la baisse
C’est l’exigence emblématique de la RT 2012 : les nouveaux logements doivent consommer, en moyenne, 50kWh par mètre carré et par an. C’est cinq fois moins que la consommation du parc de logements existants, estimée à 240kWh par mètre carré. Ce nouveau seuil intègre l’énergie utilisée pour le chauffage, la climatisation, l’éclairage, l’eau chaude sanitaire et les « auxiliaires » (moteur de la ventilation mécanique contrôlée…). 

À noter
Jusqu’au 1er janvier 2018, les immeubles collectifs ont une exigence de consommation énergétique assouplie de 57 kWh par mètre carré et par an.

Des procédés de construction adaptés
Pour répondre aux exigences de la RT 2012, le bâtiment doit être parfaitement isolé pour limiter au maximum les infiltrations d’air. Un test d’étanchéité est réalisé, en fin de chantier, par un professionnel certifié. 

Le logement doit être doté d’un système de ventilation efficace permettant le renouvellement de l’air et l’élimination des excès d’humidité dans les salles de bain ou les cuisines. En outre, la réglementation impose le recours à une source d’énergie renouvelable ou alternative. Il peut s’agir d’une chaudière à micro-cogénération, d’un poêle à bois ou encore d’un chauffe-eau solaire ou thermodynamique.

Une architecture « bioclimatique » 
Pour limiter les besoins en chauffage - climatisation et électricité - l’immeuble ou la maison sont tenus d’afficher une architecture bioclimatique.  En premier lieu, les surfaces vitrées doivent représenter au moins 1/6 de la surface habitable. Par ailleurs, les bâtiments sont, de préférence, orientés vers le sud de manière à optimiser les apports solaires d’hiver et l’éclairage naturel. Pour conserver la fraîcheur en été, les chambres doivent systématiquement être équipées de volets ou de stores extérieurs. 

En second lieu, la distribution des pièces à l’intérieur du logement est importante. Les chambres seront prioritairement orientées à l’est pour éviter les surchauffes estivales. Le salon sera, quant à lui, de préférence, situé au sud. Les pièces non chauffées comme les garage ou cellier, par exemple, seront au nord. Elles joueront ainsi le rôle de « tampon thermique » avec le reste du logement.  

Lire aussi :
  • Imprimer Envoyer par mail