En partenariat avec

Profitez des avantages de l’immobilier neuf

     Voir tous les articles

LMNP

Comment déclarer ses revenus fonciers ?

Publié le 02/01/2020

Comme l’ensemble des revenus, les sommes issues de la mise en location d'un bien immobilier sont imposables. Toutefois, il existe différents régimes, chacun ayant sa propre spécificité.

Déclaration de revenus : déterminer précisément son revenu foncier

Le revenu foncier correspond à l’ensemble des loyers perçus pour la mise en location d'un logement et de ses dépendances. Le montant de loyers à déclarer est hors charges et concerne uniquement les sommes perçues dans l’année. L'investisseur peut toutefois y intégrer les loyers payés en retard par le locataire, même s'ils concernent l'année précédente. Le bailleur intègre également le montant du dépôt de garantie et toutes les recettes brutes exceptionnelles, comme les indemnités d'assurance suite à un sinistre.

Revenus fonciers : un régime fiscal avantageux

Une fois le calcul effectué, l'investisseur a deux options. Si la somme de ses revenus locatifs est inférieure à 15 000 €, il opte pour le régime micro-foncier. Si elle est supérieure à ce montant, il choisit le régime réel. 

Dans le premier cas, le mode de déclaration est extrêmement simple. Il suffit d’indiquer la somme sur sa feuille d'imposition, puis l’administration fiscale applique un abattement de 30 % sur le montant. L’investisseur n'est alors taxé que sur les 70 % restants.

Dans le second cas, le bailleur détermine l'ensemble des charges liées à la location pour les déduire de la somme des revenus locatifs perçus (intérêt d'emprunt, charge de copropriété, travaux…).  S'il enregistre un bénéfice foncier, les sommes en question relèvent de l'impôt. Si un déficit foncier apparaît, il peut l'utiliser pour réduire sa fiscalité, à hauteur de 10 700 € par an. Le surplus et les intérêts d'emprunt sont imputables sur les revenus fonciers des 10 années suivantes.

Déclarer ses revenus fonciers : tenir compte du prélèvement à la source

Les revenus fonciers sont concernés par le prélèvement à la source depuis le 1er janvier 2019. Ainsi, une fois la déclaration remplie, l’impôt sur les revenus de l’année fait l’objet d’acomptes payés mensuellement ou trimestriellement. Les acomptes peuvent être actualisés en cas de forte variation de revenus. 

Bon à savoir

En cas de déficit foncier, et pour être appliqué sur le montant global de l’impôt sur le revenu, le déficit ne doit pas être dû aux intérêts d’emprunt.  

Pub 728x90 Cogedim Partenaire - Investi_National

Demander une étude personnalisée et gratuite

* Champ obligatoire

Les données signalées ci-dessus par un astérisque sont nécessaires pour nous permettre de répondre à votre demande d’étude personnalisée. Elles sont collectées et traitées informatiquement par COVALENS (société du groupe ALTAREA COGEDIM) uniquement sur la base de votre consentement. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données et vos droits, consultez notre politique de protection des données.